À PROPOS

J'ai décidé de créer mon autonomie affective.

 

La dépendance affective existe sur de nombreuses formes, je les traversé sur les points suivants :

  • La peur du rejet et de l'abandon

Je suis né dans ces peurs inconscientes et je les ai cultivé, entretenu et même accepté par défaut. Par conséquent j'ai attiré toutes les circonstances liées à ces peurs.

  • Je ne savais pas communiquer

J'ai souffert d'un handicap mental due au problème de compréhension. C'était bien plus profond que ça : c'était un problème de communication.
Etant considéré comme faible d'esprit : j'étais la cible parfaite des "persécuteurs".
Lire, écrire et compter m'a permis d'être au service de l'extérieur mais cela ne suffisait pas car je ne savais pas le faire pour moi-même ; ce qui m'a fait développer une incohérence.
Savoir s'exprimer et exprimer étaient des concepts inconnus pour moi.

  • L'obsession amoureuse

Etant très timide avec les filles, j'ai parcouru toute une ville entière "par amour" pendant 5 mois et demi pour retrouver une fille car je ne l'ai plus revu du jour au lendemain.
Aussi, je n'ai pas accepté la distance avec une fille qui me plaisait, alors j'ai cultivé une non-réciprocité et qui a engendré un conflit de communication.

  • Des relations qui ne marchent pas

Mes relations amoureuses n'ont pas fonctionné car j'ai seulement offert à mes ex mon implication insuffisante, mon incertitude, mes peurs et l'absence d'amour.
Elles n'ont pas désiré subir tout ça, et moi non plus d'ailleurs. Voilà pourquoi les ruptures ont été un bénéfice malgré la douleur.

  • Le manque affectif

Le manque affectif n'a fait qu'entretenir le manque d'amour de soi, d'image de soi et de confiance en soi : ce qui a absolument détruit mon estime personnel.
Vivre comme célibataire était une phase insupportable comme si je m'étais senti emprisonné.
Je passais du temps à chercher à l'extérieur ce que j'avais déjà à l'intérieur, jusqu'à aller prendre des billets d'avions pour finir par le comprendre.

  • D'autres dépendances

J'ai pensé que mon mal-être allait resté sans solutions jusqu'à la fin de mes jours. Comme j'estimais que je n'avais rien à perdre, je me suis rabattu sur différents substances de dépendances qui a aggravé ma situation :
- La drogue, les cigarettes,
- L'alcool,
- Le sexe malsain et compulsif,
- Les jeux vidéos,
- La malbouffe,
- Une tentative de suicide.

  • La pire chose : passer à côté des meilleurs moments de sa vie

Passer à côté des meilleurs moments de ma vie se manifestait par des absences de plaisir, de bien-être, de réalisation personnelle, de confiance, d'estime et surtout de communication avec soi.
Voilà pourquoi j'ai attiré la méconnaissance de soi et toutes mes peurs dans ma vie.